Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 mars 2008 2 18 /03 /mars /2008 19:55

en cours d'écriture

 

Lust, caution, le dernier film d'Ang Lee traite de la complexité humaine et de la frontière entre jeu et réalité. Si le corps est un piège, Ang Lee y trouve le terrain de représentation idéal pour exprimer la métaphore de l'occupation. L'intime est le lieu ultime de la vérité. C'est ici l'assurance de la mort. Les scènes érotiques sont le vecteur de cette ambiguïté. Inquiétantes autant que captivantes, jouant sur le point d'orgue de la musique et de la lumière,  elles révèlent avec force le conflit entre sentiment et devoir.
 
                                           Catherine Gheselle - Nudité
                                                                                                 Dessin Catheribe Gheselle

Le contexte historique

Le contexte est celui de l’occupation japonaise pendant la seconde guerre mondiale. Mais cette indication ne suffit pas à elle seule à camper une idée de la situation. En effet, il faut recadrer cette période entre la chute du dernier empereur en 1911 et l’arrivée du gouvernement communiste en 1949, c'est-à-dire une période trouble. Après les 2 guerres de l’opium, après la guerre franco-chinoise de 1885 puis la guerre sino-japonaise de 1895, de nombreux évènements bouleversent le pays et Shanghai en particulier les subit de plein fouet : l’occupation étrangère et les manifestations qu’elle provoque,  les affrontements entre ouvriers et troupes nationalistes, l’invasion japonaise et la seconde guerre mondiale.

 

Shanghai est une ville pleine de paradoxes. Si le parti communiste chinois y voit le jour en 1921, la ville devient en 1930 le centre financier de l’Asie. Si la drogue, le jeu et la prostitution la caractérisent, elle est aussi, parallèlement, une ville qui brille par son épanouissement culturel.

Ang Lee retranscrit parfaitement le climat global de la situation des protagonistes au moment précis qu’il décrit dans le film (1937-1942). Tout concourt à le traduire, de la mise en scène à la psychologie des personnages, du travail de la lumière à une composition musicale (Alexandre Desplat) qui semble retranscrire la dialectique qu'entretiennent le film et le spectateur.

 

Corps et accords
Le corps joue, le corps est un piège. Le corps est un piège sexué qui n'est pas nommé :
" Tu dois continuer à l'attirer dans le piège" dit un des responsables du mouvement patriote à la jeune Wong Chia Chi. La femme est ici réduite à sa dimension sexuelle, réification qui la place au niveau de l'objet de guerre, de stratégie. Il est un élément de géopolitique. Le corps est présent en tant qu'objet mais absent en tant que corps féminin. Comment une révolte peut-elle aboutir si elle commence par le déni du corps qui la porte ? Intrinséquement, la jeune patriote ne peut accepter cet état. On peut voir cette "résistance" comme une prise de conscience de son identité féminine, une émancipation finalement avortée avec le retour des sentiments qui provoque la mort de la jeune femme mais aussi de ses collègues, comme quoi corps et politique sont indissociables.
La résistance à la réification dans cette oeuvre n'étonne pas. Elle est même le moteur de la narration. N'oublions pas que ce film est adapté de l'oeuvre littéraire d'une femme, Eillen Chang.

                                                             Liu Ye (né en 1964), "Eillen Chang"
                                                             Aquarelle
                                                            
Le film porte sur les aspects contradictoires inhérents à tout être humain et sur la gestion de ces dualités. Cette problématique s'inscrit dans une période particulière comme nous l'avons décrit plus haut. Nous remarquons la récurrence du phénomène d'occupation dans l'histoire de la Chine. Nous pouvons voir le corps comme une métaphore du pays occupé ou occupant. Occuper, envahir, pénétrer...nous trouvons dans ce dernier synonyme un lien sémantique avec le domaine du corps et plus particulièrement dans sa dimension sexuelle. Ainsi, pénétrer un pays, c'est aussi pénétrer des corps. Culturellement et physiquement. Dans les pays victimes d'occupation, les premières tortures infligées sont souvent des viols.



                
"Femmes nues au Majhong"

"Lust caution" "Beijing-2008"
Huile, Liu Yi, 2006, 123cm x 154cm;  scène de Mahjong Huile, Liu Yi, 2nde version


Les scènes de Mahjong dans "Lust Caution" sont très signifiantes. Il est intéressant de les juxtaposer au travail du peintre chinois Liu Yi. Observons le travail de la lumière.

 

 

 

Lecture

 

 

 

Ang Lee nous propose finalement à travers ce film une lecture différente du réel. Il nous donne à comprendre que la lecture sans jugement de la complexité permet d’appréhender le fondement de la nature humaine. Il nous livre son secret et c’est un hommage que rend ce réalisateur à un public à qui, de fait, il prouve son estime. Tel est le cas également dans "Brokeback Mountain" (2005).

Catherine Gheselle

 
Repost 0
Published by Catherine Gheselle Catherine Gheselle - dans Articles cinéma 2008
commenter cet article
16 mars 2008 7 16 /03 /mars /2008 12:59
Coming soon...
Repost 0
Published by Catherine Gheselle Catherine Gheselle - dans Articles cinéma 2008
commenter cet article