Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 février 2017 5 17 /02 /février /2017 09:41

   Je suis passée hier devant une vitrine relatant ce fait horrible : un chien a été pendu à un poteau après avoir été brutalisé. J'ai été très choquée et j'ai décidé de relayer les actions qui sont entreprises autour de cet assassinat car des lois protègent les animaux et je tiens à ce qu'elles soient appliquées. De nombreuses personnes et associations ont réagi immédiatement à cet évènement et je les salue. Une de leurs actions est de tenter de retrouver la trace des bourreaux de cette pauvre bête.

   Il faut lutter contre toutes les tortures imposées aux animaux. Je pense à ces pauvres lévriers espagnols, les Galgos, qui finissent pendus à une corde jusqu'à ce que la mort abrège leurs souffrances mais je pense aussi à toutes les autres activités humaines qu'endurent les animaux jusqu'à ce que mort s'en suive : taureaux, coqs, etc. ainsi que tous les animaux que l'on dit de "bétail" parmi lesquels on compte des bébés qui n'ont encore rien vécu et qui sont déjà conduits dans ces lieux horribles que sont les abattoirs comme les veaux, les agneaux, les porcelets, les poussins sans parler des vaches gestantes dont la progéniture est laissée là, sur le chemin de la poubelle, au milieu des entrailles. Et la liste et longue car il y a aussi ces pauvres bêtes assassinées pour leur fourrure, leur peau, leurs chairs et tout ce que nous exploitons chez eux...

   Et à l'heure où je vous parle, j'entends à la radio cette information portée par L214 qui dénonce aujourd'hui le calvaire des cochons d'un élevage d'Ile-de-France et les maltraitances que subissent ces pauvres animaux.

   Le chien retrouvé pendu à Nîmes a été appelé "Justice" pour que les souffrances aux animaux soient condamnés. Que la mort de Justice serve la grande cause animale dans sa globalité en faisant lien avec tous les actes de barbarie dont sont victimes les animaux...

Partager cet article

Repost 0
Published by Catherine Gheselle Catherine Gheselle
commenter cet article

commentaires